Sur la banquise…

J’ai découvert le quilling il y a peu et j’ai tout de suite accroché. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à faire une petite recherche sur Google images ou mieux sur Pinterest. Certaines créations sont justes splendides.

Je me suis lancée modestement. J’ai fait une première carte avec des fleurs (c’est un peu la base avec les flocons), mais je n’étais pas super convaincue du résultat… J’ai donc voulu faire quelque chose d’un peu plus rigolo et je me suis grandement inspirée du superbe hibou de Mes petits bonheurs.

Première étape : dessiner quelque chose avec des formes simples. Va pour un pingouin.

DSC_0440

C’est ensuite que la galère commence. Il faut la remplir la petite bête. Si j’ai plutôt bien compris comment enrouler les bandes de papier pour en faire des spirales, triangles, gouttes et autres carrés, je n’ai toujours pas trouvé la technique pour faire juste des courbes avec le papier. Je sens que je ne suis pas claire… Une image valant 1000 mots : par exemple, j’aimerais savoir faire ça ou ça pour pouvoir faire ensuite une grande composition avec un bateau pirate…

Quelqu’un de fort perspicace m’a dit de chauffer le papier entre mes doigts, mais rien n’y fait, je ne suis pas douée… Je me suis donc résolue à ne remplir ce pingouin qu’avec des formes. Et là, une autre galère pointe le bout de son nez, j’ai nommé la colle blanche ! Alors oui, elle devient transparente en séchant, mais c’est à condition d’être étalée. Rapidement, on se retrouve avec de la colle plein les doigts, ça fait des petites boules blanches et le papier noir n’est finalement plus si noir que ça.

Mais je ne m’avoue pas vaincue ! Je l’aurai un jour, je l’aurai… ce tour de main pour faire des tueries en quilling. En attendant, il est plutôt mignon ce pingouin non ?

Pingouin en quilling

Ah oui, j’allais oublier une dernière galère : la photo. Ça n’a l’air de rien comme ça, mais le pingouin en quilling est un modèle exigent. Il voulait que je reproduise toute sa banquise… J’ai donc essayé avec un napperon. Résultat : pathétique. Un membre de ma famille que je ne citerai pas m’a ensuite suggéré d’aller dans le congélateur… Moui… Cela dit j’aurais bien tenté les glaçons, mais on était à court. Alors, Monsieur Pingouin s’est résigné : une photo sur la nappe rouge pour le contraste, une sur les bandes de quilling pour le fun (on vous l’épargne celle-ci) et une dans la succulente pour la planète !

Pingouin en quilling

Share Button

3 thoughts on “Sur la banquise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *